Guerre en Ukraine, la nouvelle évaluation du risque extra-financier

L’attaque de Poutine contre l’Ukraine a de vastes conséquences sur les marchés financiers mondiaux, les investisseurs reconsidérant leurs options.

Cette chronique partenaire est proposée par Tatjana Greil-Castro, co-responsable de la pratique marchés publics au sein du cabinet de conseils Muzinich & Co.

Ces dernières semaines ont été tumultueuses pour les marchés financiers mondiaux, l’Occident s’unissant contre Vladimir Poutine pour son invasion de l’Ukraine. Alors que le monde tente d’évaluer l’évolution de la situation, l’impact financier, économique et humanitaire est ressenti par les investisseurs et les entreprises du monde entier ainsi que par les peuples ukrainien et russe.

L’augmentation du risque géopolitique a entraîné un changement important dans notre évaluation du risque extra-financier. Bien que nous ayons maintenu une position nettement sous-pondérée en actifs russes, nous avons pris la décision de supprimer toute exposition à la Russie.

Le marché a été relativement illiquide pour les actifs russes, mais l’imprévisibilité de la situation a augmenté la probabilité de ne pas pouvoir vendre ces positions ultérieurement ; même si elles devaient faire défaut, il n’y aurait peut-être pas de marché pour les vendre à un prix de minimus. À ce jour, des sanctions ont été mises en place à l’encontre de sociétés russes, notamment des banques, des entreprises technologiques, aérospatiales et de défense. Parallèlement, le G7 a empêché la Banque centrale de Russie (CBR) de déployer ses réserves internationales et a déconnecté certaines banques russes du système de messagerie financière SWIFT. En conséquence, le rouble s’est effondré et la CBR a plus que doublé ses taux d’intérêt.

Les leçons du Covid

Les investisseurs se trouvent dans une situation sans précédent. Avec la tendance croissante à l’amélioration des normes environnementales, sociales et de gouvernance dans les portefeuilles (davantage de fonds étant classés comme relevant de l’article 8 en vertu de la directive sur la finance durable de l’Union européenne), l’éthique sur la détention de sociétés telles que les producteurs de pétrole et de gaz russes dans l’environnement géopolitique actuel est de plus en plus discutable. Dans le même temps, d’autres organisations fondées sur les critères ESG, telles que les principes pour l’investissement responsable des Nations Unies, examinent les conséquences de la situation pour leurs signataires.

À ce stade, les impacts de deuxième et troisième ordre sont difficiles à évaluer. Les problèmes de chaîne d’approvisionnement que nous avons déjà connus en raison du Covid, du changement climatique et de l’adaptation au climat pourraient être exacerbés. L’inflation, déjà préoccupante, risque d’augmenter encore ou du moins de rester élevée plus longtemps. La hausse des prix du pétrole, du gaz et des matières premières devrait avoir un impact général sur les fondamentaux des entreprises, car les coûts d’exploitation augmentent et les marges sont sous pression.

Des entreprises telles que les constructeurs automobiles mondiaux qui vendent des voitures en Russie, et les opérateurs de télécommunications qui ont des offres en Russie, pourraient également être touchées. Même si ces entreprises sont généralement bien diversifiées sur le plan géographique, elles ont déjà fait preuve d’une grande volatilité en raison de l’impact de la crise sur leurs activités.

Articles sur le même thème

Retour en haut

Vous n’avez pas le temps de suivre toutes les infos de la semaine ? Chaque jeudi, nous vous partageons notre newsletter, pour tout comprendre de l’actualité grâce au droit.